S.E. Gabriel Mbaga Obiang Lima inaugure le pipeline centrafricain au MSGBC 2022

Connect with us:

H.E. Gabriel Mbaga Obiang Lima. Pipeline Launch. MSGBC 2022

Disponible en English.

S.E. Gabriel Mbaga Obiang Lima, ministre des Mines et des Hydrocarbures de la Guinée équatoriale, a lancé Central African Pipeline System (CAPS) lors de la deuxième journée du salon MSGBC Oil, Gas & Power 2022.  Visant à établir un marché régional pour les produits énergétiques basés sur la création de hubs et de systèmes de pipelines, CAPS marque une étape importante pour les pays africains producteurs et non producteurs, servant de rampe de lancement pour la création d’un marché africain durable et interconnecté. 

Visant à établir un marché régional pour les produits énergétiques basés sur la création de hubs et de systèmes de pipelines, CAPS marque une étape importante pour les pays africains producteurs et non producteurs, servant de rampe de lancement pour la création d’un marché africain durable et interconnecté. 

Comptant 11 pays membres, le CAPS comprend trois réseaux de pipelines multinationaux. Le premier, le Central North Pipeline System, relie le Cameroun, la République centrafricaine et le Tchad ; le second, le Central West Pipeline System, relie la Guinée équatoriale, le Gabon et la République du Congo ; et le troisième, le Central Southern Pipeline System, relie l’Angola, la République démocratique du Congo, le Rwanda et le Burundi. Grâce à la création d’une série de hubs à travers l’Afrique centrale, à l’établissement de systèmes de pipelines d’interconnexion capables de transporter un certain nombre de produits de base différents, la région sera en mesure d’établir et de bénéficier d’un marché intérieur africain.

“L’objectif est de créer des zones où nous pouvons transporter, stocker et distribuer – des hubs. Ces hubs assureront le transport et la distribution de l’énergie afin que chaque pays puisse en bénéficier. Comment allons-nous faire cela ? En créant des terminaux dans tous ces pays. Dans ces hubs, vous avez des terminaux où vous pouvez recevoir du pétrole, du gaz et du GNL. La seule chose que vous devez faire est de connecter ces hubs pour qu’ils puissent distribuer aux pays enclavés. Vous recevez le gaz ; vous le brûlez dans une centrale électrique et vous exportez de l’électricité. Si vous concevez une raffinerie avec des pipelines d’installation, que vous l’envoyez régionalement là où ils en ont besoin, toutes nos raffineries seront rentables. Si vous ne pensez qu’à votre propre marché, vous ne serez jamais rentable”, a déclaré S.E. le ministre Lima.

Le CAPS est lancé de la même manière que les systèmes internationaux en Europe, aux États-Unis et en Chine. Avec la collaboration régionale comme colonne vertébrale, le système vise la distribution généralisée de l’énergie des pays producteurs vers les pays non producteurs.

“Ce n’est pas un rêve, c’est ce que fait l’Europe. En Afrique, vous voyez des camions parce que le système de pipelines n’a pas été développé. Il faut créer un pipeline pour le gaz, le pétrole, les produits chimiques et bien d’autres choses encore. Les pays qui ont le plus besoin de ces ressources sont les pays enclavés”, a poursuivi S.E. le ministre Lima.

Ce qui rend le système unique et très attrayant pour les investisseurs potentiels, c’est que les investissements sont répartis sur l’ensemble du système. Plutôt que de dépendre d’un financier unique, le système permet à de nombreux investisseurs d’isoler et de concentrer leurs investissements, récoltant ainsi les bénéfices tout en faisant profiter les citoyens africains.

“Il s’agit de beaucoup d’argent ; les gouvernements signent, les investisseurs se rendent à la plateforme. La seule chose que fait l’investisseur est d’investir dans la centrale. Le centre est un mécanisme qui leur permet de réaliser un investissement, à partir duquel l’électricité est injectée dans le réseau et profite à tous. Les investisseurs qui souhaitent concentrer leur investissement n’auront pas à investir dans l’ensemble de l’infrastructure. Il s’agit d’un projet régional qui sera en mesure de résister à tout changement de gouvernement. Vous serez en mesure de livrer des produits à n’importe lequel de ces hubs.”

Le protocole d’accord relatif au projet devrait être signé la semaine prochaine par les gouvernements hôtes, l’initiative étant elle-même dirigée par l’Organisation des producteurs de pétrole africains (APPO). Selon S.E. le ministre Lima, “l’APPO va diriger cette initiative et tous les gouvernements sont déjà, en principe, d’accord. Comment coordonner ? Nous nous concentrons sur la collaboration. Nous avons une banque centrale qui est responsable de l’aspect monétaire. Il y aura trois entités différentes : une responsable du pipeline, une responsable de l’électricité et une responsable du raffinage. Ce projet est destiné à 11 pays membres qui ont donné leur feu vert à 99 %.”

Alors qu’un certain nombre de projets pétroliers et gaziers à grande échelle seront mis en ligne dans les années à venir, le CAPS contribuera à faire en sorte que le continent africain bénéficie de ses propres ressources. En mettant l’accent sur l’éradication de la pauvreté énergétique, le système devrait accélérer l’accès à l’énergie, l’industrialisation et la croissance multisectorielle, tout en mettant l’Afrique sur sa propre voie vers un avenir énergétique propre.

Other Reads

Other Reads

Energy Capital & Power

Energy Capital & Power

Energy Capital & Power is the African continent’s leading investment platform for the energy sector. Through a series of events, online content and investment reports, we unite the entire energy value chain – from oil and gas exploration to renewable power – and facilitate global and intra-African investment and collaboration.

More from the Author

Sign up for latest news and event info

Copyright © 2022 Energy Capital & Power. Privacy Policy · Terms of Use