Opportunités d’exploration et de projets dans le bassin du MSGBC

Connect with us:

Trouvez la version anglaise ici

Suite à une succession de découvertes à grande échelle dans les eaux offshore bordant la frontière entre la Mauritanie et le Sénégal, dans le cadre du développement du champ gazier de Grand Tortue Ahmeyim (GTA), réalisé entre 2014 et 2017, diverses sociétés d’exploration et de production (EPC) indépendantes ainsi que des compagnies pétrolières internationales (IOC) ont manifesté leur intérêt pour le développement du potentiel en hydrocarbures du bassin MSGBC, largement sous-exploré.

Situé dans une région connue sous le nom de marge atlantique de l’Afrique du Nord-Ouest, le bassin MSGBC – Mauritanie, Sénégal, Gambie, Guinée-Bissau et Guinée-Conakry – a connu une succession de découvertes de classe mondiale, notamment le champ transfrontalier GTA et le développement sénégalais du champ pétrolier Sangomar, qui sont sur le point de transformer la région en un hub international d’hydrocarbures. Les découvertes de Yakaar-Teranga et de BirAllah, au large du Sénégal et de la Mauritanie, respectivement, ont été évaluées pour contenir jusqu’à 85 trillions de pieds cubes (tcf) de gaz naturel, tandis que le puits Bambo-1, au large de la Gambie, devrait contenir un potentiel de 1,1 milliard de barils. En Guinée-Bissau, la découverte de pétrole de Sinapa présente des ressources contingentes estimées à 72 millions de barils de pétrole léger récupérable.

Ouvrant le quart nord-ouest du continent africain à de nouvelles perspectives passionnantes, le bassin MSGBC offre de nombreuses opportunités d’exploration et de production. Couvrant une superficie de 600 000 km2, s’étendant de la zone de fracture du Cap Blanc, au large du nord de la Mauritanie, à la zone de fracture de Guinée située au large de la Sierra Leone, ces découvertes ont fait de la région un haut lieu de développement, la plaçant en tête de liste des opportunités d’exploration et de développement les plus intéressantes d’Afrique.

Mauritanie

Considérées comme étant aux premiers stades d’un boom des hydrocarbures, les découvertes successives d’importants gisements de gaz naturel au large des côtes de la Mauritanie sont sur le point de transformer le secteur énergétique du pays en sa plus grande industrie et d’offrir des opportunités de marché attrayantes aux investisseurs. Alors que plusieurs des plus grandes compagnies pétrolières mondiales opèrent actuellement dans le bassin MSGBC, le gouvernement mauritanien cherche à stimuler l’exploration et le développement de son secteur pétrolier et gazier offshore, avec 19 blocs offshore disponibles à la location.

Alors que la première production du gisement de gaz naturel de Grand Tortue est prévue pour 2023, la supermajor du pétrole et du gaz, BP, est actuellement en phase de construction d’une installation flottante de gaz naturel liquéfié au large des côtes de la Mauritanie, qui sera capable de produire jusqu’à 10 millions de tonnes de gaz naturel liquéfié (GNL) par an. Le champ détient des réserves confirmées de 100 tcf de gaz naturel, ce qui devrait entraîner une production massive de gaz au cours de la prochaine décennie.

Ceci a donné lieu à de nombreuses opportunités dans le secteur de l’ingénierie et des services d’équipement et devrait faire de la ville portuaire mauritanienne de Nouadhibou un hub pétrolier et gazier régional, une reconstruction de la capacité de stockage de pétrole de la ville à hauteur de 300 000 tonnes est actuellement en cours, tandis que le gouvernement cherche à étendre la capacité de stockage de sa capitale, Nouakchott, à raison de 150 000 tonnes.

Sénégal

Au cours des dernières années, le Sénégal est devenu un prospect intriguant pour les explorateurs et développeurs en raison de ses bassins pétroliers et gaziers offshore fortement sous-explorés. Suite aux découvertes de 2014-2016, ainsi qu’à la capitalisation du secteur par la compagnie pétrolière nationale du pays, Petrosen, de nombreuses opportunités se sont présentées pour les investisseurs cherchant à exploiter les vastes ressources en hydrocarbures du Sénégal.

Deux des plus grands projets pétroliers et gaziers du MSGBC sont les projets gaziers de Sangomar et de GTA LNG, tous deux situés au Sénégal, GTA LNG étant partagé avec la Mauritanie, façonnent l’essor actuel du pays dans son secteur pétrolier et gazier. D’autres découvertes, telles que le pôle de Yakaar Teranga, situé à environ 95 km au nord-ouest de Dakar, offrent des perspectives qui permettront de produire du gaz principalement pour la consommation interne.

Le Sénégal compte actuellement une douzaine de blocs offshore, dont de nouveaux blocs offshore ultra-profonds, ouverts à la location, la NOC Petrosen ayant lancé un cycle officiel d’octroi de licences en octobre 2019.

La Gambie

Suite à la découverte d’une présence confirmée d’importants gisements de pétrole brut dans les blocs pétroliers offshore gambiens du bassin MSGBC, les licences d’exploration pétrolière et de forage devraient constituer les meilleures perspectives du pays dans son secteur pétrolier et gazier. Considéré comme un pilier essentiel de son plan de développement national 2018-2021, le gouvernement de la Gambie a mis l’accent sur la promotion des opportunités de marché par l’importation de la technologie de cartographie des données sismiques pour étudier ses blocs offshore, ainsi que par la délivrance de licences d’exploration et d’exploitation minière pour l’exploration du pétrole onshore et offshore.

La Gambie compte actuellement deux blocs terrestres et quatre blocs offshore en cours d’exploration, dont les plus prometteurs sont les blocs A2 et A5, situés à proximité du champ de Sangomar, qui ont connu une augmentation rapide des activités d’exploration de la société pétrolière et gazière australienne FAR Ltd, qui détient désormais 50 % des intérêts et de l’exploitation du bassin MSGBC offshore. Couvrant une superficie d’environ 2 682 km2, les blocs A2 et A5 contiennent des ressources potentielles de plus d’un milliard de barils de pétrole.

En 2019, l’African Petroleum Corporation a des intérêts de licence offshore dans les blocs A1 et A4, avec des données sismiques 3D révélant plus de 30 perspectives d’exploration et un potentiel d’hydrocarbures allant jusqu’à 3 milliards de barils de pétrole.

Le 30 novembre, FAR Ltd. et son partenaire de coentreprise, la société malaisienne Petronas, devraient procéder au forage du puits d’exploration Bambo-1 au large de la Gambie. Situé dans le bloc A2, à environ 85 km au sud de la frontière entre le Sénégal et la Gambie, le puits sera foré à une profondeur totale de 3 266 m dans des profondeurs d’eau de 993 m et présente une ressource pétrolière potentielle de 1,1 milliard de barils.

Guinée-Bissau et Guinée-Conakry

Compte tenu des réserves et des perspectives potentielles reconnues depuis longtemps dans le vaste plateau continental du pays, la compagnie pétrolière nationale de Guinée-Bissau, Petroguin, a autorisé le lancement de l’exploration d’hydrocarbures dans 11 blocs offshore pour les EPC et les IOC depuis octobre 2020. À l’heure actuelle, ces sociétés, parmi lesquelles figurent la société suédoise Svenska Petroleum, la société norvégienne PetroNor E&P et Far Ltd, continuent d’analyser les données sismiques à la recherche de pétrole et de gaz au large de la Guinée-Bissau, la majorité des activités étant supervisées par Petroguin.

Situés dans le sous-bassin salin de Casamance, au large de la Guinée-Bissau, les puits Sinapa et Esperança couvrent une superficie d’environ 5 000 km2 et offrent des ressources contingentes potentielles d’environ 72 millions de barils de pétrole léger récupérable. En septembre, Petroguin a annoncé la signature d’un contrat avec la société équato-guinéenne Ada Business GE Lta. pour l’exploration et l’exploitation des ressources pétrolières dans ses blocs terrestres 4 et 5.

Bien que l’étendue réelle du potentiel des réserves de pétrole et de gaz de la Guinée-Conakry reste relativement inconnue, les perspectives restent prometteuses. Certaines sociétés d’exploration pensent que les régions offshore du pays contiennent du pétrole commercialement viable et font confiance à l’Office National du Pétrole du pays pour promouvoir l’exploration en Guinée-Conakry.

En réponse à la demande croissante en énergie renouvelable et à l’intérêt des parties prenantes d’investir, de développer et de réussir dans le contexte africain, Energy Capital & Power organisera la Conférence MSGBC Oil, Gas & Power 2021 qui se déroulera du 2 au 3 décembre 2021. Axée sur le renforcement des partenariats régionaux, la stimulation des investissements et le développement dans les secteurs du pétrole, du gaz et de l’électricité, la Conférence réunira acteurs privés et investisseurs internationaux, désireux de s’informer et se positionner quant aux opportunités énergétiques en Afrique.

Pour en savoir plus sur la Conférence, rendez-vous sur: 

Other Reads

Other Reads

Matthew Goosen

Matthew Goosen

Matthew Goosen is a Video Editor and Content Writer at Energy Capital & Power. He holds an Honours Degree in Film and Media Studies at the University of Cape Town and is currently undergoing his Masters Degree. Born in Pretoria and raised internationally, he has been living in Cape Town since 2013.

More from the Author

Sign up for latest news and event info

Copyright © 2022 Energy Capital & Power. Privacy Policy · Terms of Use