BioNTech conclut un accord avec le Sénégal et le Rwanda pour fabriquer des vaccins à ARNm en Afrique

Connect with us:

Trouvez la version anglaise ici

Le Sénégal et le Rwanda ont signé un accord avec la société allemande BioNTech – pionnière dans le développement d’un vaccin contre la COVID-19 – pour la construction des premières usines qui fabriqueront des vaccins à ARN messager (ARNm) en Afrique, rapporte l’Associated Press (AP).  

BioNTech, qui a développé le vaccin Pfizer-BioNTech COVID-19, a déclaré que la construction commencerait à la mi-2022. L’entreprise travaille avec l’Institut Pasteur de Dakar et le gouvernement rwandais. 

Pfizer et BioNTech ont fait la une des journaux au cours des jours les plus sombres de la pandémie de COVID-19 en 2020-2021 en étant les premières entreprises à développer un vaccin hautement efficace utilisant la technologie révolutionnaire de l’ARNm. Bien que la crise sanitaire perdure, des campagnes de vaccination à grande échelle ont permis de diminuer considérablement le nombre de décès et d’hospitalisations. Cependant, en Afrique subsaharienne, une grande partie de la population n’a pas encore eu accès aux vaccins, comme c’est le cas aux États-Unis, en Europe et dans la région Asie-Pacifique, ce qui a suscité l’inquiétude des professionnels de la santé à travers le monde.  

Le Washington Post note que le nouveau processus d’ARNm utilise le code génétique de la protéine de pointe du coronavirus et est censé déclencher une meilleure réponse immunitaire que certains vaccins traditionnels. Les chercheurs espèrent que cette technologie, qui est plus facilement distribuable à grande échelle que les autres méthodes de vaccinations, pourrait finalement être utilisée pour fabriquer des vaccines contre d’autres maladies, y compris le paludisme.   

“Des installations de pointe comme celles-ci sauveront des vies et changeront la donne pour l’Afrique et pourraient conduire à la fabrication de millions de vaccins de pointe pour les Africains, par des Africains, en Afrique », a déclaré Matshidiso Moeti, Directeur régional de l’Organisation mondiale de la Santé pour la région Afrique. « Cela est également crucial pour le transfert de connaissances et du savoir-faire, la création de nouveaux emplois et de nouvelles compétences et, à terme, le renforcement de la sécurité sanitaire de l’Afrique. “ 

Selon Ugur Sahin, co-fondateur et PDG de BioNTech, l’objectif de la société est « de développer des vaccins dans l’Union africaine et d’établir des capacités de production de vaccins durables pour améliorer conjointement les soins médicaux en Afrique

Ce n’est pas un hasard si le Rwanda et le Sénégal coopèrent pour la mise en œuvre de cette initiative révolutionnaire. Pendant de nombreuses années, le Rwanda a cherché à se positionner comme un centre avéré des technologies de l’information et de la communication, fondée sur la connaissance de la région et a également fortement investi dans la recherche et le développement et dans l’amélioration de ses capacités scientifiques. Le Sénégal, pour sa part, abrite certaines des universités et des hôpitaux les mieux classés du continent. 

Au début de la pandémie, des voix alarmistes de la communauté scientifique mondiale prévoyaient que l’Afrique subsaharienne serait la région la plus touchée au monde, en raison de la faiblesse des systèmes de santé publique dans de nombreux pays africains. Mais près de deux ans après le début de la pandémie, de nombreux pays subsahariens comme le Sénégal et le Rwanda ont réussi à atteindre des charges de cas beaucoup plus faibles, ainsi que des incidences de mortalité plus faibles que d’autres pays plus développés. Cependant, les difficultés économiques ont été particulièrement ressenties en Afrique subsaharienne, car les mesures sanitaires tels que les confinements ont freiné la croissance du PIB et ont bloqué les projets majeurs. 

Le défi demeure dans la mesure où l’Afrique a encore une capacité limitée de production de vaccins. Seuls la Tunisie, le Sénégal, l’Égypte, l’Éthiopie et l’Afrique du Sud ont des capacités variables pour produire et remplir ou terminer des vaccins. L’établissement le plus grand et le plus intégré est le Biovac Institute de la ville du Cap. Le manque de capacité de fabrication de l’Afrique contraste fortement avec les pays en développement tels que l’Inde et le Brésil, qui ont des capacités de production pharmaceutique étendues. 

Récemment, le géant pharmaceutique américain Pfizer a signé une lettre d’intention avec l’Institut Biovac pour 100 millions de doses par an. L’accord couvre l’importation de la substance médicamenteuse en vrac, le remplissage des flacons et la distribution du produit en Afrique et ailleurs. C’est précisément en raison de cette liste très courte de pays d’Afrique subsaharienne ayant la capacité technique de fabriquer des vaccins que le récent accord entre le Sénégal et le Rwanda est si important pour la lutte collective de l’Afrique contre le COVID-19. 

Le plan de BioNTech prévoit la construction d’une unité de fabrication conteneurisée en Allemagne qui sera ensuite installée au Rwanda, raccourcissant ainsi considérablement la période de construction d’une installation de vaccination d’au moins un an et réduisant également les risques de retards. Alors que l’installation sera initialement gérée et exploitée par le personnel de BioNTech, la propriété et l’expertise seront transférées au fur et à mesure aux opérations locales. À l’heure actuelle, ce type d’expertise n’existe pas au Rwanda et pourrait prendre jusqu’à une décennie à se développer, sur la base de l’expérience de Biovac en Afrique du Sud. L’accord entre BioNTech, le Sénégal et le Rwanda comprend un transfert de technologie crucial qui se produira dans la deuxième phase du contrat, ainsi qu’un accord de licence qui couvre les droits de propriété intellectuelle. 

Le 26 octobre, le Washington Post a rapporté que BioNTech vise à ce que l’installation en Afrique produise à terme environ 50 millions de doses du vaccin par an, avec une capacité accrue si besoin. En outre, BioNTech a déclaré être en pourparlers pour étendre son partenariat avec le fabricant sud-africain de vaccins Biovac. Biovac assemblera le vaccin à l’aide d’ingrédients fournis par BioNTech, un processus appelé “remplissage et finition.” La production débutera en 2022, avec l’objectif de produire plus de 100 millions de doses complètes par an. 

L’accord entre BioNTech, le Sénégal et le Rwanda changera sans aucun doute le visage de la pandémie dans les marchés émergents en leur donnant les outils pour lutter seuls contre la pandémie. Des pays comme le Sénégal et l’Afrique du Sud ont démontré qu’ils sont impatients de revenir à la normal malgré les défis restants, en organisant de grandes conférences internationales tout en respectant les normes les plus strictes en matière de protocoles de sécurité, en utilisant à la fois des tests PCR et des kits de test antigénique pour un dépistage efficace. Dakar accueillera la conférence et exposition MSGBC Oil, Gas & Power 2021 du 13 au 14 décembre. L’industrie pétrolière et gazière est une source économique stratégique et vitale pour de nombreux pays d’Afrique subsaharienne, les producteurs de la Guinée équatoriale au Soudan du Sud ayant largement utilisé les tests pour maintenir les compagnies pétrolières nationales et internationales avec peu ou pas de perte de production.

Other Reads

Other Reads

Miguel Artacho

Miguel Artacho

Miguel is a Field Editor at ECP. Miguel is a forward-thinking communications professional currently specializing in the energy sector. Adept at developing engagement strategies and building relationships. He is known for working ethically and effectively with internal and external stakeholders to further the business goals.

More from the Author

Sign up for latest news and event info

Copyright © 2022 Energy Capital & Power. Privacy Policy · Terms of Use